Attentats du 13 Novembre – Comment en parler à ses enfants ?

7021142-paris-love-city

Dans cette période turbulente que traverse aujourd’hui notre sublime capitale, il est difficile pour de nombreux parents et professeurs de parler des attentats aux enfants. Quels mots utiliser ? Quel niveau de détail apporter ? Comment éviter le choc psychologique ?

Une chose est certaine : vos enfants vont en entendre parler, que vous le vouliez ou non. Les horreurs commises feront la une de tous les médias pendant de nombreux jours voire de nombreuses semaines, et, dans la cour de récré, ce sera aussi le premier sujet de conversation entre amis.

Capture d'écran 2015-11-16 12.43.05

Difficile dès lors d’éviter le sujet. Il vaut mieux d’ailleurs pour l’enfant qu’il entende parler des événements par une personne de confiance comme un parent ou un professeur. Fort heureusement, de nombreuses ressources ont vu le jour au cours du week-end ou lors des précédents événements de Charlie Hebdo. On s’est permit d’en réunir certaines afin que chacun puisse les utiliser avec leurs petits.

  • Pour commencer, une interview par Le Monde de M. Aubert, psychologue de l’enfance. Il y explique certains principes à respecter lorsqu’on discute de faits graves avec ses enfants.
  • Cette courte vidéo racontée par Nassim, 10 ans, explique les origines du terrorisme sous un angle très simple et factuel.
  • Lire un numéro d’un journal pour enfants, comme Mon Petit Quotidien ou 1 Jour 1 Actu. Les nouvelles y sont traitées sous un angle adapté à la compréhension de l’enfant, sans exposer d’images trop choquantes ou utiliser de mots violents.
    • Le numéro de Mon Petit Quotidien en version PDF : Lien
    • Le numéro de 1 Jour 1 Actu pour les événements de Charlie Hebdo : Lien
  • Évitez que les petits aient peur dans leur vie quotidienne en lisant ces conseils délivrés par Le Nouvel Obs.

Pour les professeurs :

  • Retours d’expériences d’autres profs.
  • Ressource officielle du Ministère de l’Éducation.

Ces actes inqualifiables se sont déroulés à quelques minutes à peine de nos bureaux, et nous avons eu la chance de ne pas être touchés de manière personnelle. Pour autant, une ambiance pesante règne aujourd’hui à l’heure de reprendre le travail. Bien entendu, toutes nos pensées sont avec les victimes et leurs familles. Nous espérons que certaines des ressources ci-dessus leur seront utiles même si elles ne seront jamais suffisantes.

Amicalement,

L’équipe Pistache